Malaga

VILLES

» Histoire
» Madrid
» Malaga
» Cadix
» Cordoue
» Ibiza

Partenaires

Tourisme Chypre
 

Algésiras, 133 km. - Almeria, 208 km. - Grenade, 127 km.

502235 hab. - Capitale de la province de Malaga (Andalousie).

Malaga, trait d'union entre l'Andalousie penibétique et la basse Andalousie, est le seul port réellement important de la côte méditerranéenne de l'Andalousie. C'est une ville sympathique, gaie et animée, dans un beau site, au centre d'une baie largement ouverte, au pied du Gibralfaro, une haute colline de couleur fauve, couronnée par un château maure. Mais ce qui contribue le plus au charme de cette ville est sans doute la parure végétale de ses allées, de ses parcs et de ses jardins.

Malaga jouit d'un climat exceptionnel, d'une douceur quasi proverbiale en hiver, sous un ciel presque constamment pur (300 j. ensoleillés par an).

La ville dans l'histoire. - Strabon et Marcus Agrippa ont attribué la fondation de Malaga aux Phéniciens (Malaka). Elle passe au pouvoir des Carthaginois puis des Romains qui développent le centre urbain. Trés tôt, elle devient le siège d'un évêché.

Prise par les Maures en 711, elle est la capitale d'un petit émirat qui refuse de reconnaitre l'autorité d'Abd al-Rahman, l'émir de Cordoue; il Y a même un roi de Malaga, Edris le', qui, ayant réuni une petite armée de Maures africains et de Noirs, s'attribue le titre suprême d'émir al-Moumenin. Autour de l'Alcazaba se développe la médina avec une mosquée et un souk où l'on vend soie, épices et céramiques...

La ville, assiégée en 1487, est enlevée par les Rois Catholiques, mais de nombreuses familles musulmanes continuent 11 y vivre, tout au moins jusqu'au début du XVIIe siècle, avant que Philippe III ne décide l'expulsion des morisques. Au XVIIIe siècle, le port est agrandi et devient une des bases de commerce avec les colonies américaines. En 1810, Malaga est occupée par le général Sébastiani; en 1820, Riego y proclame la Constitution. Les monuments de Malaga ont beaucoup souffert des troubles qui agitèrent la ville les 12 et 13 mai 1931, un mois aprés la proclamation de la république, et en mai 1936. Elle est enlevée presque par surprise le 10 février 1937 par les nationalistes.

Malaga aujourd'hui. - Malaga a subi des changements importants au cours des 25 dernières années, changements dus en grande partie 11 son développement économique, concentré sur la frange littorale. Prépondérance du secteur des services, haut pourcentage de la construction, et faible industrialisation caractérisent ce développement. La pêche a une importance relative et les industries alimentaires occupent une place très importante dans le secteur industriel. Hôtellerie et commerce, suivis de transports et communications se développent régulièrement dans cette zone qui tend à devenir une des plus touristiques de la Méditerranée. La ville est un foyer culturel florissant où les artistes laissent libre cours 11 leurs créations.

Ils sont nés à Malaga. - Le politicien Canovas dei Castillo, le poète Salvador Rueda, l'aventurier et financier marquis de Salamanca (l'auteur du quartier de Madrid qui porte son nom) et Pablo Picasso.

Fêtes. - Cabalgata de los Reyes (5 janv.); carnaval; semaine sainte (plus de 30 confréries, certaines ayant plusieurs siécles d'existence, défilent dans les rues); cruces de Mayo avec chants et danses typiques (3 mai) ; Corpus Cristi avec corrida et processions; Saint-Jean avec feux de joie (23-24 juin); Virgen de los Romeros avec chars enrubannés (5 juil.); Virgen dei Carmen avec processions maritimes (16 juil.); feria avec messe flamenca, dressage de chevaux, chant flamenco (fin juil.déb. août); Virgen de la Victoria (8 sept.); Los Verdiales (28 déc.).

Gastronomie. - Vous mangerez un ajo blanco (gaspacho aux amandes), le pescaito frito (friture de boquerones et chanquetes). Sur les plages vous pourrez déguster des brochettes de sardines que l'on fait cuire 11 la braise sur le sable. N'oubliez pas le vin doux qui facilitera votre sieste!

Visite de la ville

Il est difficile de se fixer un horaire a Malaga. Vous pouvez en une demi-journee visiter la cathédrale, le musée des beaux-arts et le Gibralfaro, ou passer la soirée a flliner dans les bars et les vieilles tavernes (taberna dei Guardia et d'autres) pour goûter le vin de Malaga.

Le paseo de la Alameda et surtout son prolongement du coté du port, le paseo dei Parque (plan C3), constituent la plus agréable promenade que l'on puisse rêver par temps de canicule, avec leurs allées ombragées par de magnifiques palmiers. Parmi les fontaines qui ornent cette promenade, celle de Neptu ne, en marbre, fut sans doute exécutée a Gênes vers 1560.

Cathédrale  - Imposant édifice de style Renaissance dont la construction fut entreprise il partir de 1528, probablement sur des plans de Pedro L6pez, puis de Diego de siloé et de Diego de Bergara, et inaugurée en 1588, mais les travaux furent arrêtés en 1783, sans que le bâtiment fut achevé.

A l'intérieur, de vastes proportions et d'un style dépouillé à l'exception des voûtes et des coupoles ornementées de motifs sculptés, vous remarquerez, au trascoro (partie postérieure du chœur) une pieta d'Alonso Cano.

Dans le chœur, construit de 1595 a 1632 par Vergara le Jeune, puis par Diaz de Palacios, stalles' sculptées par Luis Ortiz et José Micael (1658), avec 40 statues' de saints par Pedro de Mena.

Dans la Capilla Mayor, cinq peintures du cycle de la Passion par César de Arbacia (1580).

Dans le bas-côté dr. : 3e chapelle: le Triomphe de la Vierge', peinture d'Alonso Cano; sur un autel latéral, Saint Basile et Saint Luc, statues de Pedro de Mena 4e chapelle: la Conception, tableau de Mateo Cerezo.

Dans le déambulatoire: 1 re chapelle: statues orantes des Rois Catholiques', par Pedro de Mena (1681) - 3e chapelle: retable gothique, peint et sculpté 4e chapelle: retable dessiné par Juan de Villanueva.

Dans la sacristie, trésor avec une custode d'or et d'argent, enrichie de diamanls, de perles et de pierres précieuses, utilisée le jour de la Fête-Dieu: Vierge des Douleurs, peinture sur cuivre attribuée a Luis de Morales.

A partir de la 4e chapelle du bas-coté g., vous visiterez un musée avec, au premier étage, la salle capitulaire couverte d'un beau plafond artesonado a caissons.

En face de la cathédrale, le palais épiscopal , musée diocésain d'art sacré, présente une façade baroque (1772). Dans le jardinet qui s'étend au pied de la cathédrale, le Sagrario est un petit sanctuaire s'ouvrant par une belle porte de style isabélin, exécutée par Pedro L6pez. A l'intérieur, retable sculpté de Juan de Balmaseda, en style plateresque (XVie s.), provenant d'une église de Vieille-Castille.

Musée des beaux-arts . - Il est installé dans le palais des comtes de Buenavista, une imposante construction Renaissance du XVIe s., auquel deux patios fleuris donnent beaucoup de charme.

Dans les salles du rez-de-chaussée, collections de peintures de l'école flamande des XVIe et XVIIe s., de Luis de Morales (Ecce homo', Dolorosa*), Luca Giordano (le Repentir de saint Pierre, le combat de David et de Goliath, le Massacre des Innocents), Murillo (Saint François de Paule'), Antonio dei Castillo (Adoration des bergers), Alonso Cano (Saint Jean), de Ribera (Saint Jean, Portrait d'un apôtre, Saint François d'Assise, Martyre de saint Barthélemy), Zurbaran (Saint Benoit, Saint Jérome), des écoles espagnoles et flamandes du XVIIIe Siècle (natures mortes et paysages), de José Moreno Carbonero (1860-1942), Enrique Simonet (1863-1927) et d'autres artistes espagnols des XIXe et XXe Siècle

A l'étage, peintures et sculptures d'artistes des XIXe et XXe siècle originaires de la province de Malaga, dont le plus célébre, Pablo Picasso, est représenté par deux œuvres de jeunesse, puisque le petit tableau des Deux Vieillards fut peint en 1891 a l'âge de 10 ans et qu'une aquarelle fut exécutée en 1895 (il Y a également. dans ce musée, des gravures de Picasso de la série de la Joie de vivre et de la s~ne de la Tauromachie, ainsi que trois cérames). Une salle est consacrée a Munoz Degrain, un artiste andalou qui fut le premier maître de Picasso.

Dans la chapelle, également il l'étage, notez, au fond, a g. du retable, une Dolorosa attribuée a Pedro de Mena.

Alcazaba . - Forteresse d'origine romaine, reconstruite au IXe S. par les Maures et qui servit de résidence aux gouverneurs de la ville.

Remaniée en 1057, puis au début du XIVe s., elle fut longtemps négligée après la Reconquête, mais une remarquable restauration a mis en valeur les traits purement arabes de l'architecture de ce palais-forteresse, avec ses arcs outrepassés, ses entrelacs, ses plâtres sculptés et ses merveilleux jardins andalous.

Visite: le mat. de Il h a 13 h et l'a. -m. de 17 h a 20 h en été ou de 16 h a 19 h en hiver.

Un musée archéologique a été installé dans le bâtiment de la puerta de Granada; il comprend des collections de préhistoire, des antiquités romaines avec une intéressante section consacrée aux sculptures (portrait de Trajan, provenant de Cordoue, statue en marbre de Vénus, acéphale, tête dite de Vénus, en marbre, provenant de Churriana, etc.), wisigothiques, mozarabes et arabes, notamment des panneaux ou des fragments de panneaux en plâtre sculpté, ainsi que de la céramiaue hispano-musulmane.

L'Alcazaba est reliée il la forteresse de Gibralfaro par un sentier très escarpé par endroits (n'effectuez la montée qu'en fin d'après-midi pour éviter la chaleur).

Par la calle de la Alcazabilla vous accéderez au théâtre romain (plan C2), aussi grand que celui de Mérida, mais moins bien conservé, qui fut construit sous le règne d'Auguste (27 av. J.-C.-14 apr. J.-C.) mais embelli plus tardivement, avec emploi de marbres espagnols, italiens, africains et même de porphyre d'Égypte. Sa cavea ou ensemble de gradins fut aménagée au flanc de la colline de l'Alcazaba. Il fut abandonné au III Siècle

Dans les quartiers centraux de la vieille ville, église del Santo Cristo (plan 82), de plan circulaire, il coupole du XVIIe S. (tombeau du sculpteur Pedro de Mena), et Consulado, bâtiment construit en 1782 avec un patio il galeries.

Pour ceux qui désirent visiter plus en détail, signalons en outre, dans les quartiers du voisinage de l'alameda principale, le marché (plan A3), construit sur le site de chantiers navals fondés par Abd er-Rahman III, et dont on a conservé la porte d'entrée en marbre blanc. L'église San Juan, érigée par les chevaliers de Malte (XVII siècle), avec une haute tour il trois étages, renferme un retable baroque de marbre rose et une sculpture de Francisco Ortiz.

Dans le même quartier, le musée Meson de la Victoria ,localisé pasillo de Santa Isabel, au n° 7, est installé dans un beau bâtiment il patio central érigé.en 1632. Il abrite des collections d'arts populaires, notamment une très remarquable série de figurines d'argile peinte représentant des personnages de la société andalouse des XVIIIe et XIXe s, par Salvador de Leon, les Gutiérrez de Lean, José Cubero, etc., et une collection d'instruments traditionnels servant il l'élaboration du vin.

Dans la vieille ville, le long de la traversée par l'ancienne route de Grenade, se trouvent l'église de Santiago el Mayor, construite en 1490, avec une belle tour mudéjare d'un bâtiment antérieur, contigu a la muraille (statue gothique de l'apôtre).

L'église Nuestra Senora de la Victoria (continuer tout droit au point ou la route de Grenade fait un coude a angle droit vers la g.) fut construite peu après le siège de ~487 par les Rois Catholiques, sur l'emplacement de leurs tentes; il l'intérieur, Image gothique de la Vierge sous un petit temple baroque sculpté par Lurinzaga, des sculptures de Pedro de Mena et le panthéon baroque des comtes de Buenavista dans la crypte.

Citons encore le cloître Renaissance du couvent de la Trinidad, avec une abondante décoration d'inspiration mudéjare et l'église San Felipe Neri dessinée par Ventura Rodriguez. Parmi les monuments civils, signalons la maison natale de  Picasso sur la plaza de la Merced.

Castillo de Gibralforo - Le château, nommé aussi Gebelfaro (la montagne du phare, en arabe), réuni il l'Alcazaba par des murailles, s'élève au sommet d'une colline qui domine la ville et le port d'environ 130 m. Cette forteresse, qui serait d'origine phénicienne, fut reconstruite par l'émir Ysuf 1er au XIVe s.; elle comporte une belle porte en chicane, avec une voûte il décor de briques et une ancienne mosquée, mais le paysage que l'on découvre sur la ville et la mer depuis ses terrasses constitue le plus sûr de ses attraits.

Après la visite de la ville, le shopping (poterie) et la gastronomie (poisson et vins),  vous attendent les plages.. 20 plages sur les 18 km de la costa de Malaga, très fréquentées, surtout en été. Mais le climat, particulièrement clément, avec une température moyenne annuelle de 22°, vous permet de profiter des plaisirs de la mer tout au long de l'année.

Environs

1 - Excursion il la Garganta dei Chorro et l'embalse dei Conde de Guadalhorce.

82 km de bonne route, sauf pendant 21 km aprés Alora, ou la chaussée devient étroite, sinueuse et en mauvais état.

0 km : Malaga. Sortir vers 1'0. par la MA402.

19 km: --- A 3 km sur la g, Cartama (10580 hab.; ail. 161 mi, petite ville mauresque au pied d'un piton rocheux couronné par les restes d'une ancienne forteresse maure. La ville fut habitée par les Phéniciens et devint une importante place forte sous les Romains. Près des ruines arabes, ermitage de los Remedios avec une chapelle baroque.

--- A 15 km S., Coin (- Marbella, environs 2).

37,5 km . Alora  (alt. 194 m), village au pied d'une colline surmontée par la forteresse de las Torres, commencée par les Wisigoths, et renforcèe par les Arabes La ville fut reconquise par 30000 hommes en 1484. Eglise paroissiale de Nuestra Seiiora de la Encarnaci6n, baroque.

Fêtes.. semaine sainte avec le jeudi l'émouvant adieu de Jesus Nazareno il la Dolorosa; San Paulino avec un festival de cante jondo (22 juin); feria taurine (déb. août); romeria au sanctuaire de las Flores (1er dim. après le 8 sept).

... Couvent de Nuestra Seiiora Flores, en style baroque; magnifique chapelle* principale de l'église.

A Alora, bifurquer vers le N.-D. en direction d'El Chorro.

--- 54 km . il dr. gare d'El Chorro, il l'entrée de la Garganta dei Chorro", " impressionnante gorge dominée il dr. par une falaise de près de 400 m de hauteur.

Une étroite passerelle, longue de 5 km et connue sous le nom de Camino dei Rey, est accrochée au flanc de la falaise et permet de découvrir des vues aériennes réellement splendides sur la gorge. Le Desflladero de los Gaitanes serpente a travers un impressionnant chaos de rocs. Les eaux du barrage de GuadaltebaGuadalhorce sont destinées il l'alimentation de la huerta de Malaga.

56 km . Mesas de Villaverde, petit plateau où gisent les ruines de la ville de Bobastro, capitale d'un petit émirat au IXe s., où l'on peut voir une église rupestre de plan basilical il trois nefs, typiquement mozarabe avec ses arcs en fer à cheval

65 km: Ardales (3010 hab.; alt. 400 m), qui conserve un château d'origine romaine, agrandi par les Arabes et de nombreuses églises baroques.

... Grotte de la Trinidad décorées de peintures remontant au paléolithique.

82 km : Teba (4395 hab.; ail. 555 mi, dont le château arabe, construit sur des ruines romaines, conserve un superbe donjon d'où l'on a une vue splendide sur le paysage environnant L'église paroissiale est ornée de colonnes de marbre rouge, de fresques et de peintures flamandes.

Fêtes.. San Isidro avec romeria de chars enrubannés et corrida champêtre sur les rives de l'Almarguen ; feria avec verbena et foire au bétail (9-12 août) ; processions pour la Virgen del Rosaria (6-8 oct).

2 - Hacienda de la Concepcion (7 km N. par la N321). - Avec d'amirables jardins tropicaux comprenant, notamment, des palmiers de toutes les espèces, des fougères arborescentes, des bambous, etc. Un petit temple, reconstitution d'un temple grec antique, abrite diverses antiquités romaines provenant de Cartama.

3 - Melilla (liaisons par mer  58450 hab.). - Enclave espagnole en territoire marocain, occupée par les Espagnols depuis 1490. Murailles bien conservées. Nombreux forts du XVIIIe S. Dans les tours Renaissance de la Concepcion, musée municipal d'archéologie punique et romaine.